Et le cerveau ?
Mama mia ...
Et le cerveau ?
Collé,cousu ?
La toilette ...
L'enfer ...
Lourdes ?
Le cachet ...
Ouf !
Une heure plus tard, départ en fanfare avec les pompiers pour l'hôpital de X ... Granfiston avait porté mon vieux chien chez le toiletteur, et Hector avait paru surpris car on lui avait fait sa toilette deux jours avant. J'ai certainement refait une crise d'épilepsie dans l'ambulance, car quand j'ai recouvré mes esprits aux Urgences, un interne inquiet était penché au dessus de moi.
J 'avais un cathéter planté dans le bras, mais je me sentais beaucoup mieux : preuve de l'efficacité de leurs remèdes ! Tant mieux ...
« Excusez-moi, Madame! m'a-t-il demandé tout doucement comme si j'étais à l 'article de la mort . Est-ce que je peux vous poser une question .
- Mais bien sûr : faites !
- Eh bien voilà : est-ce que votre figure est tordue d'habitude ? »
Mama mia : la figure tordue ! Il ne manquait plus que ça !
«  Ben non ! Je ne crois pas ... »
Vous ne soupçonnez pas la vitesse à laquelle je suis allée me regarder dans le miroir quand on m'a emmenée à l'étage une ou deux heures plus tard ! Mais non : c'était toujours la même bouille à peu près symétrique , celle que je connais depuis pas mal de temps, et à laquelle, je dois l'avouer , j'ai eu le temps de m'attacher ...
Puis on m'a fait moult examens cérébraux : mon cerveau n'avait rien , les crises avaient été provoquées par le maudit médicament de vingt ans d'âge auquel j'étais apparemment allergique ... Le SIXIEME contre cette hypertension démente qui aurait dû alerter le docteur O'Scoor ! Et bien que tout ceci ait été provoqué par une médication qui tentait de la faire baisser , on m'a bêtement envoyée en ... neurologie,  bien que je sois indemne de ce côté là . Pour huit jours ! Et j'y ai rencontré par hasard O'Scoor dans le couloir où je faisais un petit tour pour me dégourdir les jambes! Qui était-il donc venu achever dans ce service ? Pas moi puisqu'il n'est même pas venu me voir dans ma chambre, bien qu'alerté par le docteur Sogoude ! Il s'est mis à rire et  ( tenez vous bien ! ) :
«Ah oui , cette fois-ci , j'y suis peut-être allé un peu fort .»
Je vous jure que je vous dis la vérité : la main sur le coeur ! Voici ce qu'il a osé proférer. Car ce ne sont pas des paroles , ce sont des proférations !
L'hypertension étant redevenue à peu près normale, ( Té ! j'étais allongée toute la journée sans rien faire du tout ! ) aucun neurologue n'a pensé qu'on pourrait sans doute me faire une échographie cardiaque ! Mon gros souffle se portait pourtant toujours fort bien . Mais ils n'étaient pas cardiologues , n'est-ce pas ? Ce n'étaient pas leurs oignons. Et puisque mon cerveau était intact ...
Vous ne trouvez pas qu'il y a là un gros dysfonctionnement ? Moi, si ...

Je suis donc retournée chez moi sans que l'on soupçonne rien de l'état de mon aorte, accueillie avec frénésie par mon vieil Hector qui, malgré sa joie, n'en revenait tout de même pas que cette fois son séjour chez le toiletteur ait duré si longtemps...
Et je n'ai plus jamais eu de crises d'épilepsie , preuve qu'elles étaient bien provoquées par ce foutu médicament ! Mais ce que j'ignorais et que j'ai compris plus tard, c'est que ces énormes secousses auraient pu faire exploser l'anévrisme . Eh bien non !Rien ! Quand je vous dis que j'ai une très mauvaise santé, mais que je suis une sacrée costaude. Ou alors c'est que Vivi, mon ange gardien , a drôlement bien fait son boulot ce jour-là !
Ah ! J'oubliais de vous dire : j'ai examiné de près la notice du «bon vieux médicament qu'on ne prescrivait plus depuis vingt ans » Dans les effets secondaires , il était écrit : «  risques de troubles neurologiques »! Il a bien sûr fallu que ça tombe sur moi... Mais cette mésaventure a tout de même eu un effet bénéfique car j'ai commencé à soupçonner l'incompétence et la désinvolture du docteur O'Scoor ...

  CHAPITRE II : LE MEDECIN FANTOME
Je pense qu'on a dans la tête un petit jardin où s'implantent des souvenirs, l'inspiration, de drôles d'idées . Ca reste enfoui et puis un jour, ça pousse et ça germe sans qu'on comprenne pourquoi . C'est ce qui est arrivé avec ce que je vous raconte aujourd'hui : j'en ai tellement bavé que c'est resté enfoui pendant quelque temps. Je ne voulais d'ailleurs même plus qu'on m'en parle . Et voilà que tout revient d'autant plus en force que de temps en temps, hélas ! on apprend dans les journaux que d'autres patients viennent de subir à l'hôpital pas mal de désagréments , mais qu'ils ont eu moins de chance que vous ! Sans compter tous les cas malheureux qu'on ignore ...
Je suis donc rentrée à la maison . Ca n'allait pas mieux et pendant six mois je me suis traînée lamentablement, seulement vue par le docteur Sogoude qui pensait qu'il n'y avait rien de mieux à faire que de continuer à me prescrire mes cinq cachets quotidiens puisqu'O'Scoor ne s'était pas manifesté . Et moi j'avais pris l'habitude d'être mal fichue, j'avais oublié ce qu'est une bonne santé ... Mais comme le souffle était de plus en plus ahurissant, le généraliste m'a tout de même conseillé de retourner voir le cardiologue. Là, il y a eu une sorte de déclic dans ma tête- merci , mon Vivi !- et j'ai poussé un cri :
«O'Scoor ? Jamais !
- Mais vous disiez que c'était commode qu'il soit à L... , que vous n'aviez pas besoin de prendre votre voiture pour ...
- Je sais ! Mais je n'ai plus confiance »
Sourcil à peine surpris de Sogoude qui m'envoie en urgence à X... chez un collègue à la réputation inébranlable . Je me fais conduire chez lui le 5 avril par une copine, car je ne me sens même plus capable de conduire 20km , et le cardiologue , le docteur Trébon , commence à m'examiner ...
C'est un petit homme tout ce qu'il y a de plus froid et de plus sévère, et j'ai l'impression qu'il va me flanquer une punition . D'autant que pour me le concilier , je lui parle stupidement de connaissances communes : j'apprendrai plus tard que tout ce petit monde est fâché depuis un an et ne s'apprécie plus du tout ! C'était malin ...
Vingt minutes après, je n'en peux plus d'être allongée de côté sur cette table très dure . Au bout d'une demi-heure, j'essaie de m'étonner mais je me fais vertement rembarrer . De temps en temps, je le sens qui s'agite,soupire, gronde
« Mais comment n'a-t-on pas vu ça plus tôt, bon Dieu ? »
Au bout de trois quarts d'heure, je sens que je vais hurler si ... mais il me permet enfin de me relever . Et comme, quoi qu'il arrive, mon humour cherche toujours à prendre le dessus, je lui demande bêtement :
« Quoi de neuf , docteur ? »
Mama mia , j'aurais mieux fait de me taire ! L'oeil noir qui est en face de moi se fait sévère et l'on me rétorque :
« Dans une heure , madame , vous entrez à l'hôpital Quétoubon à XX... pour y voir le docteur Pastourel ! C'est urgent ! Vous avez un anévrisme de 17mm sur la crosse de l'aorte »
Bing sur la tête ! 17 mm, ça fait quoi ? Une phalange de doigt ? C'est en effet pas mal ...
Il me semble que je vacille un peu , et je m'entends dire stupidement :
«  Mais j'ai acheté mon billet de train pour Amiens . Je dois aller chez Fistondeux »
Ce qui est vrai : un grand projet malgré ma fatigue. Mon fils cadet veut que j'aille le voir dans les frimas où son travail l'a expatrié, et comme le TGV a fait de Paris la banlieue de Marseille , je me suis laissée convaincre de monter vers les brumes nordiques ...
Et mon vieil Hector ? Certes, il aime bien le toiletteur, mais il va commencer à trouver que depuis quelque temps il le voit souvent. Allez-lui expliquer , vous, que c'est comme des vacances !
Le regard noir devient encore plus sombre et de l'autre côté du bureau, on n'est pas du tout compréhensif . Qu'est tout le reste à côté de ce qui va m'arriver si je batifole ?
« Ecoutez , madame , c'est vous qui voyez ! Moi, je vous aurai prévenue ! Et vous savez ce que vous risquez si ... » Et bla bla bla, et bla bla bla ...
Attendez , Docteur : vous pourriez peut-être essayer de comprendre qu'il y a deux minutes, je ne savais rien du tout et que maintenant ... Il me semble que le décor autour de nous vient de changer . Il y a Quelque Chose d'autre dans la pièce, et ce Quelque Chose, je sais ce que c'est ! Du Sérieux , d'où mes majuscules respectueuses. Je me dis aussi que côté délicatesse psychologique, les médecins ne sont peut-être pas encore tout à fait au point ... . Va-t-on en arriver à la brutalité étasunienne ?
Il écrit , il écrit , il écrit . Une longue lettre, des pages et des pages ...
« Voilà . Je vais appeler l'hôpital pour qu'on vous y accueille le plus rapidement possible, ce soir si possible ou demain matin . Vous y verrez le docteur Pastourel ... » et re-bla bla bla ... et re-bla bla bla ...
Me revoici dans la salle d'attente où ma copine m'attend depuis plus d'une heure Elle m'a dit plus tard qu'elle avait eu le temps d'y lire tous les magazines et qu'elle m'avait trouvée bizarre, toute rouge, quand je l'avais rejointe ! Moi, je sais seulement que mes jambes flageolent et qu'il me faut au plus vite aller me terrer dans ma maison ...

Attention, Hôpital !
Récit humoristique